2. Grandes lignes et finalité du Mouvement


Le Mouvement — Amour, Paix et Environnement Sain — pour tout le Monde (MAPES Monde) est un Mouvement de ré-union des humains entre eux et avec l’environnement. Il vise à améliorer la vie sur Terre et à assurer la survie des espèces, dont celle des humains.

Ce Mouvement est composé de multiples formes de ré-unions. Ces ré-unions ont lieu pour échanger, partager et célébrer autour d’une optique de base commune concernant la façon de vivre entre nous et avec ce qui nous entoure : ne pas nuire et prendre soin le plus possible des autres et de l’environnement.

Le Mouvement n’est dirigé par personne en particulier. Tous ceux et celles qui le désirent peuvent contribuer à son essor…

Un Mouvement pour éclairer et vivifier

Oser se re-joindre ainsi comme communauté du vivant, ce n’est pas qu’un genre d’action poétique. C’est une action fondamentale pour permettre à toutes nos autres activités de bien tenir compte de l’ensemble de la réalité. C’est un mouvement essentiel pour avoir accès à la symphonie du réel. À force de réduire la réalité à l’une ou l’autre de ses perspectives, il ne faut pas s’étonner de manquer de lumière et de somnoler dans la grisaille.

La Symphonie pastorale, Pierre Bonnard, 1923.

En s’ouvrant à toutes les sources d’où la compréhension peut provenir, il est évidemment plus facile de bien faire la lumière sur nos actions. Il ne faudrait pas se surprendre d’améliorer ainsi grandement l’efficacité de nos diverses entreprises sociales et environnementales déjà existantes. Ce n’est pas parce que le travail vu de cette perspective prend aussi des allures de fête qu’il faut en minimiser les effets. Bien au contraire, se faire de la lumière pour mieux voir où l’on va et où l’on est, c’est un incontournable qu’il est urgent de mettre en œuvre pour améliorer nos résultats, notre bonheur, notre santé comme celle de tout ce qui nous entoure.

La Tamise à Charing-Cross, Claude Monet, 1903.

Urgent comme l’urgence clamée par tant de nos scientifiques et tant de nos grands penseurs. Urgent au point où nous sommes de plus en plus nombreux à trouver cela évident. Urgent, mais pas dramatique. Le drame est un obstacle à la joie et il évoque la noirceur plutôt que la clarté. Il s’agit ici d’une urgence qui s’apparente plutôt à celle d’un fruit mûr, qui doit tomber… simplement.

Bouilloire et fruits, Paul Cézanne, 1888-90.

Voilà donc comment naît le MAPES Monde. C’est un Mouvement qui vient au Monde pour mettre en branle les nécessaires retrouvailles de tout ce qui existe. Il prend forme comme une carte du monde du vivant pour ne pas perdre le cap de notre destinée, pour « rentrer chez-nous » ou nous ré-unir, le plus tôt possible.

En ce sens, le MAPES Monde ne veut pas refaire le monde, il veut simplement l’améliorer. Améliorer le monde, au rythme de chacun, peut prendre des proportions peu soupçonnées lorsque cela se fait à l’intérieur d’un véhicule dont la dimension peut s’étendre à l’ensemble de l’humanité. Les petits pas de chacun peuvent s’amalgamer à des milliers de petits pas d’autres personnes pour donner lieu à une vaste danse, à une très grande ré-union du Monde.

Le Moulin de la Galette. Pierre-Auguste Renoir, 1876.

Pour bien ancrer toutes ces explications, c’est avec la présentation de notre but que s’amorce la première section de notre guide.

Le but du MAPES Monde

Le but du Mouvement est d’améliorer les conditions de vie et de favoriser la survie de l’humanité et de l’environnement en permettant, le plus tôt possible, la ré-union régulière concrète des humains à l’intérieur d’une optique commune quant à la façon de vivre entre nous et avec ce qui nous entoure. L’atteinte de ce but doit entraîner un accroissement de la joie dans l’humanité et faire décroître de façon proportionnelle la grisaille actuelle.

Dès le moment de sa fondation, le MAPES Monde, en réunissant des humains dans une optique commune, a donc déjà avancé dans l’atteinte de son but. Comme nous le verrons plus tard en spécifiant l’objectif intermédiaire du Mouvement, l’atteinte de ce but peut toutefois être envisagée à plusieurs niveaux.

Le Champ des possibles. Photo : Jean Gagnon, 2013.

À venir dans la prochaine publication :

L’optique commune du MAPES Monde 
  • Les prémisses
  • Le « nous »
  • L’image du parent

Partie précédente


8 commentaires à propos de “2. Grandes lignes et finalité du Mouvement”

  1. Bonsoir Benoit,
    La symphonie du réel, selon l’expression que tu utilises, m’a fait sursauter. Amoureuse comme je suis de la musique, je croirais plutôt entendre une cacophonie magistrale… je ne vois vraiment pas comment des petits pas d’une multitude de petites gens pourraient changer la partition qui nous est impartie actuellement. Possible que je vois tout en noir ce soir, je le souhaite, mais j’entends encore Raymond Lévesque chanter «Quand les hommes vivront d’amour, il n’y aura plus de misère, et commenceront les beaux jours, mais nous nous serons morts mon frère « .Désolée Benoit.

    • Allô Francine,
      Comme je m’ennuie de toi et comme j’ai hâte de te revoir…
      Bien difficile, en effet, de percevoir des harmonies ou des couleurs dans la grisaille qui règne sous la baguette de la COVID! J’en conviens…
      Il me semble tout de même permis d’espérer que l’humanité puisse reprendre, le plus tôt possible, une place belle dans la grande nature, au sein du chant des oiseaux et du bruissement des feuilles dans les arbres…
      Quant aux petits pas d’une multitude de gens, ils me semblent tout aussi fondamentaux que les notes de musique qui composent indéniablement toute symphonie ou… quelque cacophonie que ce soit, comme tu le mentionnes à juste titre…
      Par ailleurs, j’ai un petit séquoia qui ne demande qu’à trouver hébergement chez toi cet automne, si le cœur t’en dit toujours… on ne pourrait probablement pas en profiter pour jaser autour d’un café, dans les circonstances, mais c’est tout de même possible de se croiser, à bonne distance, pour t’apporter ce petit arbre, si ça te dit… On peut aussi remettre cela à des jours plus cléments, si tu préfères…
      Au plaisir Francine!

      • Cher Benoit,
        Je relis mon message ce matin et il est assez décourageant… je déplore cet aspect spontané de la nouvelle Francine qui s’est tue trop longtemps et qui regrette le lendemain ce qu’elle a osé dire la veille. Pour remplacer Raymond (Lévesque), j’ai réécouté « Atom Heart mother » de Pink Floyd et j’admets qu’une cacophonie insupportable précède invariablement les plus belles harmonies… il est donc primordial de garder espoir et je te remercie pour la foi que tu manifestes en chacun de nous.
        Quant à la livraison du petit séquoia, il m’en coûte de te dire que je préférerais l’adopter au printemps parce que je crains de le perdre cet hiver dans mon appartement peut-être trop chaud pour lui. Celui-là je ne veux pas le perdre et je veux lui donner toutes les chances de vivre… une belle et longue vie. Merci de comprendre et continue de nous faire rêver en ce monde meilleur.

        • Allô Francine!
          Moi, je félicite cette “nouvelle” Francine, tout aussi chaleureuse et attentionnée qu’avant, mais plus spontanée et audacieuse au surplus! J’en bénéficie largement! 🙂
          Quant aux petit séquoias, j’en ai plusieurs qui sont beaucoup mieux enracinés (plus longuement) que celui que tu as adopté la première fois. Tu peux donc essayer la mise en terre ou la conservation à l’intérieur (le plus loin possible d’un chauffage) pour l’hiver, quand tu veux…
          Pas impossible non plus d’envisager les deux options aux moments que tu choisiras…
          Prends bien soin de toi Francine… …
          Au plaisir et à bientôt j’espère!

  2. En chemin avec toi. Merci Benoît pour tes efforts si précieux de mise en forme (dans tous les sens du terme :-)). J’aime beaucoup ton choix d’illustrations et j’ai hâte de continuer à te lire. Oui les petits ruisseaux font les grandes rivières et à 5 on peut déjà déplacer des montagnes. Oui c’est de tous nos sens dont il s’agit d’user. Oui il faut se réveiller de ce mauvais rêve et s’épauler les uns les autres de notre mieux. Vu hier une série de documentaires sur Arte « Travail, emploi, salaire » bien intéressants. Nous sommes de plus en plus nombreux et nombreuses comme tu le dis à faire carburer notre sens critique et à explorer de nouveaux chemins en ce moment. Peut-être à retrouver d’anciens chemins aussi. Ex le travail comme prière. Bien à toi. Pascale.

    • Merci Pascale pour ton chaleureux et généreux message. Il me fait beaucoup de bien!… 🙂 …
      Merci aussi pour la référence de documentaire et pour tes idées rafraichissantes et souriantes! 🙂
      Au plaisir!

  3. Bonsoir Benoit. Je me sens rejoint par les perspectives que tu évoques et qui visent à améliorer le monde un geste à la fois. Je partage une vision similaire comme croyant. Je vis actuellement un temps fort de réflexion animé par un personne ressource qui est à la fois exégète et spirituelle. Ce matin, cette dernière a dégagé des deux récits de la création tirés du premier et du deuxième chapitre du livre de la genèse trois principes fort intéressants: toute personne humaine est digne et unique, la création est destinée à tous les être humains et non seulement à une minorité, l’humain est responsable de la création aujourd’hui et pour les prochaines générations. Je me laisse interpelé par ces trois principes. Au plaisir de lire la suite du MAPES Monde.

    • Bonjour François,
      Comme je suis content de te lire!… En cette période où les contacts sont tellement rationnés, j’apprécie particulièrement ce moment…
      Tu me sembles très inspiré à travers ta démarche spirituelle et c’est… inspirant! 🙂
      J’ai bien hâte de te retrouver aussi en personne, mais j’ai bien l’impression que ce ne sera pas demain la veille malheureusement, n’est-ce pas mon ami?
      Mes salutations à Pierrette et tout le meilleur à vous deux!…
      Au plaisir!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*