3. L’optique commune : provenance et considérations


Afin d’élaborer l’optique commune autour de laquelle peuvent se ré-unir les humains, nous avons fait ressortir ce qui semblait se démarquer comme étant essentiel à toutes les démarches visant le bien-être ou la santé de l’humanité et de son environnement. Nous avons retenu le point de vue qui semble le plus généralisé ou le plus fréquent et non ce qui fait l’unanimité, car il n’existe pas de tel point en commun.

Nous sommes parfaitement conscients qu’il existe déjà une multitude d’organismes et de regroupements de toutes sortes œuvrant, d’une façon ou d’une autre, à améliorer le monde. Le MAPES Monde veut faciliter l’adoption d’une perspective de base ou globale, susceptible de permettre la réunion de toute l’humanité et d’encourager l’action dans toutes les sphères d’activités humanitaires ou écologiques. Il n’est vraiment pas question de réinventer quoi que ce soit, mais simplement de passer à l’action pour se rassembler — aussi — comme une seule et même humanité, une seule communauté du vivant.

L’esprit du caribou. Manasie Akpaliapik, 1998. Espace – Espèces, la maille du vivant; musée des confluences, Lyon. Photo : Jean-Pierre Dalbéra (Flickr).

Les prémisses de notre optique

Pour définir une optique ou une vision qui puisse être commune, il faut qu’elle soit significative, bien sûr, mais aussi très minimaliste afin de permettre au plus grand nombre d’humains possible de se rassembler le plus rapidement possible, et ce en tenant compte de l’environnement sous toutes ses formes. Ce cadre de ralliement est suffisamment large pour donner accès à de multiples variantes ou pour permettre à chaque personne d’y apporter ses propres nuances.

L’essentiel. Extrait du Petit Prince de St-Exupéry. Photo Stencilab (Flickr).

Notre optique s’est établie en trois volets : deux volets au sujet de la façon de vivre entre nous et un volet concernant notre rapport à ce qui nous entoure. Nous avons ensuite associé, à chacun des volets de notre optique commune, une couleur particulière pour permettre une communication qui transcende les langues. Nous reparlerons, plus tard dans le texte, des couleurs de la ré-union et du drapeau qui les rassemble.

Finalement, nous avons aussi précisé que l’optique commune du Mouvement concerne « tout le Monde » c’est-à-dire tous les êtres vivants.

Le « nous » du MAPES Monde

Avant d’expliquer notre optique commune, il est important de mentionner que ce « nous » dont il est question dans le texte que vous lisez, ce narrateur du texte ou cet auteur du MAPES, ce n’est pas une personne.

Bien sûr, quelques personnes ont travaillé à la rédaction du présent texte, mais la perspective exprimée n’est que le fruit de la mise en commun d’un très grand nombre de points de vue. En fait, ce « nous » essaie de représenter une perspective qu’une vaste majorité d’humains verrait comme sienne. Un « nous » qui ne représente personne en particulier et qui souhaite pouvoir être adopté par chacun comme par tous.

D’où venons-nous? Paul Gauguin, 1897.

Il est intéressant d’ailleurs de parler « d’adoption » d’un point de vue commun, un peu comme on parlerait d’adoption d’un enfant, car l’optique commune de la ré-union s’est précisée justement à partir de l’image d’un parent.

Notre optique commune et l’image du parent

Pour bien pouvoir comparer la situation d’un parent à celle de la grande famille humaine ou celle de tous les êtres, on imagine un parent de grande famille et, comme dans toute grande famille qui se respecte, il n’est pas toujours évident de garder une situation satisfaisante pour tous. Par conséquent, on a vu fréquemment ressortir dans ce qu’on pourrait appeler la « sagesse populaire », une phrase essentielle qui va un peu comme suit : « Si tu ne peux pas aider, au moins, ne nuis pas ! » Voilà qui mettait en lumière la première fondation de notre optique commune, notre premier volet : la Paix (blanc).

Colombe de la paix. Photo Pxhere.

À venir dans la prochaine publication :

L’optique commune : deux premiers volets
  • La paix
  • Un environnement sain

Partie précédente                                               Partie suivante


2 commentaires à propos de “3. L’optique commune : provenance et considérations”

  1. Bonjour Benoit. Je viens de recevoir le 4e article. Je n’ai pas commenté le 3e article ci-joint, car je viens de passer presque deux semaines à la chasse au chevreuil dans la Beauce. J’avais passé une dizaine de jours à la chasse à l’orignal en octobre dernier. Ce furent des moments de silence et de contact étroit avec la nature. Aucun animal approprié ne s’est présenté devant moi de manière à me permettre de l’apercevoir pour le recueillir. Je ne vais pas à la chasse pour connaitre nécessairement un succès de chasse. J’y vais certes pour vivre à proximité de mes frères et soeurs pendant quelques jours. J’y vais surtout pour me permettre un contact étroit avec la nature dans un environnement sain. Au plaisir !

    • Wow! Presque un mois dans le bois, ça aide sûrement à recharger les batteries pour l’hiver! 🙂
      Il s’agit de beaux moments privilégiés de nature et famille! Je suis bien content pour toi, mon ami.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*