7. Les diverses formes de ré-unions


Poursuivons donc la description des façons concrètes de se ré-unir à travers le MAPES en parlant maintenant de certaines formes plus formelles ou organisées. Commençons par voir une façon virtuelle de se rencontrer par le biais d’Internet.

Carte Internet. Visualisation des multiples chemins à travers une portion de l’Internet. The Opte project, 2006.

Se ré-unir par Internet

Internet, c’est la ré-union possible à la grandeur de la planète, alors c’est une forme de rencontre essentielle pour un Mouvement qui est « pour tout le Monde ». Évidemment, chacun n’a pas un accès immédiat à Internet sur notre planète et certains ne savent même pas de quoi il s’agit. Ce moyen de se ré-unir n’est qu’un moyen parmi plusieurs possibles.

Ce « véhicule » de ré-union informatisé possède des caractéristiques uniques et fort appréciables, pour donner accès au MAPES rapidement et un peu partout. Il peut permettre de ré-unir instantanément des humains à de grandes distances et à des endroits très variés. Plusieurs « affaires » se sont d’ailleurs répandues comme une traînée de poudre par ce réseau de communication.

Réseau. Frédéric Vissault, 2005 (Flickr).

Sur Internet, les possibilités sont aussi multiples qu’on peut les imaginer, mais les échanges de points de vue, en direct ou en différé, autour des couleurs ou de l’optique commune de la ré-union des humains, sont sûrement une façon très simple et intéressante d’utiliser ce moyen de communication. Une multitude de sites Internet peuvent être créés à cet effet et chacun d’entre eux peut développer les caractéristiques qui lui sont propres.

Un autre avantage certain d’Internet pour le MAPES Monde est qu’il permet de diffuser facilement le guide de présentation que vous lisez actuellement ainsi que d’autres instruments très utiles comme le drapeau. Tout cela se fait à travers notre site Internet de fondation, dont nous parlerons plus loin.

La ré-union par les médias

Dans le domaine de la communication, d’autres médias sont aussi d’excellentes avenues pour permettre à la ré-union de l’humanité de grandir : la radio, la télévision et la presse écrite. À la radio comme à la télévision principalement, les possibilités d’utilisation ou de matérialisation du Mouvement sont nombreuses. Des lignes ouvertes d’échanges sur l’un ou l’autre des aspects de la ré-union, des séries avec des chroniques plus approfondies, des formules mêlant l’humour et l’exploration du monde, ou même des émissions de « télé-réalité ».

Communication. Bronze, Carol Gold, 2002.

En effet, comme il serait intéressant de joindre de cette façon un véhicule de communication aussi puissant et une visée humaine aussi fondamentale. Voir vivre un groupe de personnes cherchant à favoriser l’expansion de la ré-union des humains, tant par les moyens virtuels que par les organisations en personne, et ce aux quatre coins de la planète… joindre le média de masse au Mouvement de masse… unir l’agréable à l’utile… une recette assez prometteuse, semble-t-il…

De l’entreprise à la coopérative

De l’entreprise à la coopérative, toutes les modalités d’organisation sont envisageables pour mettre en œuvre le Mouvement. Par exemple, on pourrait créer un regroupement de gens autour du point de vue scientifique de l’optique commune de la ré-union de l’humanité et former ainsi un organisme portant le nom du « MAPES Monde Scientifique », où les gens se ré-uniraient régulièrement pour échanger sur différents aspects fondamentaux et même envisager certaines solutions, le cas échéant.

Pendant la rédaction de ce guide, certaines personnes se sont d’ailleurs regroupées pour envisager la mise sur pied du « MAPES Monde Café », afin de permettre la matérialisation et l’intégration des principes du Mouvement et même une possible expansion, par le biais d’éventuels franchisages. Ces personnes veulent donc former un café coopératif qui permettrait à chacun d’être membre et favoriserait le « prendre soin » et la célébration du monde par la musique, les arts visuels, les échanges, etc. Évidemment, le Café viserait aussi, dans ses diverses activités, à ne pas nuire aux autres et à l’environnement.

Café du Monde, Nouvelle-Orléans, Louisiane. Photo J.C. Winkler, 2015.

Dans le domaine des ré-unions en personne, les organisations découlant du MAPES Monde peuvent donc exister au gré des initiatives de chacun et selon les particularités des contextes socio-économiques des divers endroits du monde. Aucun organisme formel ne dirige quoi que ce soit à cet égard, le guide de présentation et les autres instruments offerts ne sont que le terreau permettant aux idées d’organisations de croître.

Que les esprits entreprenants se liguent donc aux autres pour mettre sur pied une pléiade d’organisations qui puissent rendre cette dimension d’ouverture des ré-unions rayonnante, en une multitude de facettes ! Qu’il s’agisse d’un salon de thé, d’un club de retraités, d’un collectif d’artistes en arts visuels, d’un club de billard ou de tout autre regroupement, il y a là tout un monde à créer et il n’en tient qu’à nous de passer aux actes.

Le café de nuit. Vincent Van Gogh, 1888.

Bien sûr, les entreprises de tous genres, déjà existantes, peuvent aussi endosser et afficher les couleurs du MAPES Monde, si elles agissent en tenant compte de la même optique commune. C’est un geste qui augmente le rayonnement du Mouvement d’une manière importante puisqu’il crée un impact chez les employés, chez les « clients » et chez la population environnante.

Les événements ponctuels

Dans un autre ordre d’idées, certaines ré-unions formelles pourraient aussi se produire en une seule occasion bien précise ou en quelques occasions dispersées. En fait, nous pouvons élaborer des ré-unions, ici et là, où prédominent les « échanges, le partage ou la célébration ». Il peut s’agir de spectacles, de soirées-rencontre thématiques, de journées « échanges et arts », ou de toutes autres formes de rassemblements. Ces ré-unions peuvent se faire autour de l’optique commune de la ré-union en général, ou à propos certains aspects plus précis comme la signification du fait de « ne pas nuire » dans des contextes particuliers, par exemple.

Qu’il s’agisse de très grandes fêtes ou de plus modestes soirées, si elles ont lieu dans l’esprit ou l’optique du Mouvement (ne pas nuire et « prendre soin » le plus possible), celles-ci peuvent constituer de très propices occasions pour accentuer la joie qui émerge de notre grande ré-union. Ces ré-unions peuvent aller de la simple fête pour souligner les valeurs de base et l’optique de vie générale auxquelles nous donnons priorité jusqu’à la mise en œuvre de moyens concrets pour favoriser l’accentuation de ces priorités dans notre monde : représentations auprès d’instances politiques, participation à des rassemblements prônant des perspectives semblables, actions concertées d’aide auprès de gens dans le besoin, etc. Évidemment, entre les actions bien précises et la célébration, il y a toutes sortes d’échanges et de partages qui peuvent alimenter notre réflexion ou notre contemplation.

La célébration. Alphonse Mucha, 1912.

En ce qui concerne le fait de « célébrer ensemble » en particulier, il se peut bien que souligner ainsi notre ré-union en tant qu’humanité et en tant qu’être vivant, soit une manifestation essentielle d’une démarche comme la nôtre. Ce n’est pas que nous soyons « rendus » à un monde sans problème, mais quand même, au moins nous nous ré-unissons régulièrement – comme la vue d’ensemble le suggère -, bien ouverts à tout ce qui existe… C’est déjà quelque chose ! Alors il semble à-propos de le souligner, occasionnellement, lors de tels événements.

Le MAPES Monde comme inspiration pour les groupes politiques

Les associations politiques municipales, nationales ou internationales pourraient s’inspirer du Mouvement de ré-union de l’humanité pour déterminer leur programme d’action. C’est ainsi qu’on pourrait voir certaines villes et certains pays arborer le drapeau présentant les couleurs de la ré-union des humains à côté de leur drapeau, par exemple. Pourquoi pas ? … Il y a peut-être des dirigeants d’envergure qui oseront — aussi — placer leur regroupement de citoyens dans le plus grand regroupement naturel que constitue le Monde !

Le débat de Socrate et Aspasie, Nicolas-André Monsiau, 1800.

Cette ouverture au Monde que nous souhaitons dans les milieux politiques nous ramène à cet autre aspect fondamental du MAPES qui est notre « ouverture à tout le Monde ». En fait, le MAPES Monde n’a de sens que si on garde une ouverture à tout ce qui existe. C’est cette perspective globale et de base pouvant ré-unir tous les êtres, aussi minimaliste soit-elle, qui différencie ce Mouvement des autres regroupements humains préexistants comme les pays et les religions. Ces regroupements ont toutefois souvent leur raison d’être et peuvent même être d’une très grande pertinence.

La ré-union globale que nous osons vivre aide à disperser la grisaille et à accroître la joie en mettant en lumière les retrouvailles du Monde. Nous croyons que cette joie peut favoriser grandement la croissance et les effets bénéfiques des actions qui sont déjà effectuées pour l’humanité et pour l’environnement. Nous estimons aussi que ce Mouvement se doit d’être libre comme l’air et de rester minimaliste dans ses visées comme dans son organisation et ses modes d’action.

Les retrouvailles. Bronze, Kees Verkade, Pays-Bas, 1998.
 

À venir dans la prochaine publication :

L’ORGANISATION INTERNE 
  • Un guide et un site internet de fondation
  • Des couleurs rassemblées sur un drapeau

Partie précédente                                            Partie suivante →  


4 commentaires à propos de “7. Les diverses formes de ré-unions”

  1. Merci Benoît pour ce nouveau partage.

    Je crois pertinente ton idée de drapeau de ralliement mondial sur nos essentiels. Trouver un moyen efficace de fédérer les formes et les énergies, c’est sûr que c’est d’actualité et qu’il faudrait que ça se passe le plus rapidemment possible. Pour faire suite à mes commentaires du billet 6, autant qu’une fédération qui passe par le drapeau (verticalité ?), je crois qu’une fédération qui passe par les tripes est déjà à l’oeuvre (horizontalité, comme le mouvement mères au front qui voit des mères et des grands-mères se coucher à terre ou comme les personnes de plus en plus nombreuses qui arrêtent tout parce que ce n’est plus possible de continuer comme si de rien n’était). Je crois que les deux ont un rôle à jouer dans cette fédération des énergies.
    Je crois aussi que des affrontements (donc malheureusement des désunions) sont probablement inévitables avec ceux et celles qui, pour toutes sortes de raisons probablement explicables, ne veulent ou ne peuvent s’opposer à ce qui nous détruit (atteinte à l’amour, la paix et à la planète vivante). Les élus républicains qui continuent, en dépit de toute évidence, à soutenir Trump en sont des exemples éloquents.

    • Merci de ton commentaire Pascale. C’est très agréable d’explorer les avenues ou points de vus connexes aux idées émises dans les publications…
      Quand tu parles de verticalité versus horizontalité dans associations humaines, l’image qui s’impose à moi est plutôt une seule et même horizontalité qui peut s’avérer de proximité (mouvement Mère au front et autres) ou éloignée (comme via un drapeau et des activités d’unification). C’est un peu comme une vaste courtepointe qui peut être reliée d’un bout à l’autre de la planète en ayant encore d’immense espaces non reliés et tout plein de petits espaces cousus ici et là au moyen des activités de proximité. Évidemment, avant de parler d’une couverture digne de ce nom, il faudrait un minimum de morceaux bien piqués ou brodés à l’échelle terrestre! 🙂
      Quant aux affrontements ou désunions, ils me semblent aussi inévitables, mais… pas nécessaires! En fait, je crois que plus la Paix, l’Amour ou l’Environnement prennent de place dans le vécu politique des humains et moins il y a de place pour la bêtise. Simplement. Il s’agit moins d’affronter que de s’imposer plus, me semble-t-il. Évidemment, il faudra toujours aussi penser à exclure, le temps qu’il faut, les personnes qui nuiraient aux autres.

  2. Bonjour Benoit. À défaut de commenter théoriquement tes propos, je fais écho à deux activités vécues avec la plateforme Zoom qui recoupent tes propos. La première est une activité de célébration que les membres de l’Association Notre-Dame ont vécue le samedi 5 décembre 2020. À cette occasion, une dizaine de membres ont renouvelé leur engagement dans l’association dont deux de façon définitive. L’activité a été diffusée en direct sur la plateforme Zoom avec un rituel approprié qui a été très apprécié.
    La deuxième activité est ponctuelle et a réuni 20 hommes retraités de l’éducation ce jeudi 28 janvier 2021 pour partager des points de vue et des expériences vécues pendant le confinement actuel dans la visée du dernier livre de Frédéric Lenoir intitulé “Vivre dans un monde imprévisible” (ISBN 978-2-213-71760-9). Je cite l’auteur à la page 124: “La crise collective du Covid-19 peut nous inviter à mettre en oeuvre les deux dimensions de l’éthique stoïcienne: agir et consentir. Agir sur ce qui dépend de moi: me protéger et protéger les autres, c’est à dire être responsable”. Je cite aussi l’auteur à la page 121: Consentir, c’est “accepter ce que je ne peux pas maitriser et qui ne dépend pas de moi, aussi pénible que soit cet événement”.
    Au plaisir de lire la suite de tes chroniques.

    • Salut François,
      C’est toujours un plaisir d’avoir un aperçu de tes activités d’aide ou d’entraide. C’est une inspiration toujours renouvelée! 🙂 Merci.
      Quant à Frédéric Lenoir, dont les écrits et les dires m’ont maintes fois alimentés, lorsqu’il nous invite à mettre en œuvre tout autant l’agir que le consentir, il pointe encore une fois vers une délicate et fondamentale posture à rechercher… D’autres disent aussi qu’il s’agit d’avoir la sérénité d’accepter ce qu’on ne peut changer, le courage de changer ce que l’on peut et… la sagesse d’en connaitre la différence.
      Dans mon exploration personnelle de cette posture à rechercher, de cette balance entre l’agir et le consentir, c’est souvent la sagesse de faire le bon choix qui m’a interpellé. Lorsque j’ai rencontré la méditation, j’étais bien content de découvrir une forme d’écoute qui peut aider à faire émerger les intuitions ou… la sagesse. Encore faut-il que je n’oublie pas de prendre le temps de bien écouter!… 🙂
      Au plaisir et à bientôt j’espère, mon ami.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*