6. Les ré-unions suggérées


C’est à tout un chacun de s’approprier le MAPES Monde. L’idée derrière cette façon de faire est de ne pas institutionnaliser ce Mouvement et de ne pas figer son fonctionnement dans une structure hiérarchique qui ralentirait sa propagation. L’absence de structures officielles évite que le Mouvement de ré-union de l’humanité ne se referme sur lui-même, ce qui serait à l’opposé des objectifs poursuivis.

La tour de Babel, Pieter Brueghel l’Ancien, 1563.

Chaque groupe d’individus est parfaitement libre d’organiser à sa façon les diverses ré-unions que nous présentons ici ou même d’autres modèles qu’il souhaiterait expérimenter. Une ré-union qui porte « les couleurs » du Mouvement et qui se fait dans son optique commune « est » une ré-union du MAPES Monde. Nous favorisons des ré-unions qui soient « concrètes » et « régulières ». Voyons d’abord en quoi consistent ces caractéristiques.

Se ré-unir concrètement et régulièrement

C’est essentiel d’avoir une vision de base commune pour se ré-unir comme humanité et c’est important aussi que l’on suggère des façons de se ré-unir suffisamment précises pour que cette idée se concrétise avec joie. Le premier pas est de reconnaître que la vision commune du Mouvement est aussi la nôtre, et que l’on veut se ré-unir à notre communauté de tous les êtres. Ensuite, il reste à déterminer de quelles façons on peut faire cela.

Une communauté tricotée serrée, murale de ArtDuCommun, 2016. Photo (Détail) – Indrid Cold, 2017 (Flickr).

D’entrée de jeu, le MAPES est composé de ré-unions « concrètes » d’échange, de partage et de célébration autour d’une vision commune de base et c’est là le premier attribut des ré-unions. Ce partage peut avoir lieu dans des contextes plus ou moins formels, allant de la ré-union d’amis improvisée jusqu’à la ré-union organisée autour d’une thématique particulière. Il y a des échanges en personne et d’autres qui sont virtuels, par le biais d’Internet, en particulier. Nous célébrons notre ré-union en affichant nos couleurs au grand jour ou en organisant des activités formelles au gré des initiatives des gens.

L’Union de la Terre et de l’Eau. Pierre Paul Rubens, 1618.

Toutes ces formes de ré-unions peuvent aussi inspirer et accueillir la mise en branle de projets ou d’activités connexes pour aider des gens particulièrement démunis ou prendre soin d’un aspect particulier de l’environnement, par exemple. Toutefois, comme ce n’est pas là le but premier du Mouvement, il faut prendre garde de ne pas délaisser pour autant les activités fondamentales de ré-unions. Tout est possible en matière de ré-unions du MAPES Monde pourvu que l’on respecte au moins la base de notre optique commune et que l’on veille, en conséquence, à ne pas nuire (la Paix).

L’aspect « concret » de nos ré-unions est souvent difficile à bien comprendre. En matière de vie humanitaire et environnementale, nous sommes plutôt habitués à des actions d’aide ou des manifestations, par exemple. N’oublions pas que la ré-union de l’humanité est complémentaire à toutes ces actions. Les partages, les échanges et les célébrations qui y tiennent lieu d’actions concrètes sont essentiels pour bien éclairer ces autres actions.

Célébration de la paix de Münster par la Garde civique de Amsterdam, Bartholomeus van der Helst et Jan Vost, 1648.

Par ailleurs, le deuxième attribut de nos ré-unions nous indique qu’elles sont « régulières ». D’une part, si l’on observe l’humanité de l’espace, elle est même continuellement unie. Alors, se ré-unir régulièrement, c’est comme un pas dans la bonne direction, de ce point de vue là. D’autre part, la régularité signifie surtout que les ré-unions doivent tendre vers la continuité et avoir lieu le plus souvent possible.

Afficher nos couleurs

À travers nos ré-unions, nous cherchons à régénérer le tissu de notre humanité dans les milieux de vie qui nous sont familiers, mais surtout dans les endroits publics de notre monde. Pour illustrer notre propos à cet égard, nous allons maintenant décrire un premier type de ré-union qui est engendré par le simple fait d’afficher nos couleurs.

Régénération d’un quartier, Festival MURAL de Montréal, Sainer et Bezt (ETAM Cru), 2014.

Les couleurs du Mouvement, ce sont ses dimensions principales telles que le but de la ré-union des humains et l’optique commune autour de laquelle nous pouvons nous ré-unir. Ces couleurs sont présentées de diverses façons, mais c’est sur le drapeau du MAPES Monde qu’elles sont des couleurs bien concrètes représentant l’ensemble des idées véhiculées : la planète bleue, le blanc de la paix, le vert de l’environnement et le rouge de l’amour.

Afficher les couleurs de la ré-union des humains c’est donc, d’abord et avant tout, avoir en sa possession et à la vue des autres un objet qui la représente : une copie du drapeau, le guide de présentation, la déclaration d’adhésion, une épinglette, un chandail, etc. Afficher ses couleurs ça peut aussi se faire simplement en communiquant ses convictions concernant l’importance de se ré-unir comme humanité pour favoriser un monde en paix dans un environnement en santé.

Drapeau du MAPES Monde.

Si on affiche les couleurs de la ré-union de l’humanité dans nos milieux de vie familiers, soit à la maison, au travail ou dans nos loisirs, cela peut provoquer des échanges et des partages très intéressants. Ces échanges — sont — des ré-unions qu’il ne faut pas sous-estimer, car elles constituent un terreau très facilement accessible en plus d’être aussi riches en possibilités que toutes autres formes de ré-unions formelles. Lorsqu’un tel groupe informel échange concernant la ré-union du Monde, l’ouverture aux autres et à l’environnement peut, entre autres, constituer un tremplin pour aller ensuite à la rencontre de l’inconnu, dans le cadre de ré-unions plus formelles ou organisées.

C’est toutefois en affichant nos couleurs en dehors de nos milieux de vie familiers que s’ouvre la plus vaste perspective. À mesure que le Mouvement grandit, nous avons de plus en plus de chance de croiser des gens que l’on ne connaît pas et qui affichent aussi les couleurs du MAPES Monde. Nous pouvons donc nous reconnaître au hasard des détours du quotidien, même en dehors de nos cercles de réunion habituels : sur la rue, dans les transports en commun, au parc, etc. Dans ces occasions-là, nous nous ré-unissons du regard, en quelque sorte.

Se ré-ouvrir ainsi aux « étrangers », c’est élargir la ré-union des êtres. Et donner priorité aux gens affichant les couleurs du MAPES, c’est se traiter en douceur. En effet, il y a plus de chance que notre regard soit bien accueilli au hasard de nos rencontres lorsqu’on sait que la personne concernée adhère à la même perspective de base que nous et qu’elle reconnaît aussi l’importance de risquer ou plutôt « d’oser » la ré-union.

Émissaires étrangers à la porte du Palais Guimet, Corée, 18e siècle, artiste inconnu (Flickr).

Au fil de telles rencontres, on applique donc les principes de notre optique commune en veillant au moins à ne pas nuire. On peut aussi agir dans les couleurs de l’Amour, en souriant à la personne rencontrée ou même en la saluant verbalement ou non verbalement, pour améliorer sa journée… À chacun d’expérimenter ainsi, à son rythme, à sa façon, en gardant seulement bien à l’idée cette intention de ré-union « régulière » qui pourrait nous amener à oser toujours un peu plus, un peu plus souvent. N’oublions pas que le pari de la ré-union de l’humanité est qu’il pourrait être très agréable de vivre — aussi — la connivence avec les autres, en dehors de nos cellules habituelles.

À ce propos, il est bon de souligner que nous sommes de plus en plus nombreux à trouver grotesque cette façon que nous avons de nous replier (grisaille !) sur nous-mêmes, lorsqu’on est en dehors de nos cercles de fréquentation habituels, comme si cela devait nous protéger d’hypothétiques mésaventures. En tout cas, cette fermeture entraîne à coup sûr un manque « d’aventures », dans ces circonstances ; un manque de ces aventures qui peuvent colorer ou égayer notre vie et nous amener à agir plus pour notre bien-être à tous…

Les aventures d’Ulysse. Apollonio di Giovanni, entre 1435 et 1445.
 

À venir dans la prochaine publication :

  • LES DIVERSES FORMES DE RÉ-UNIONS
    • Par Internet
    • Via les médias
    • De l’entreprise à la coopérative
    • Les événements ponctuels 
  • Le MAPES Monde comme inspiration pour les groupes politiques

Partie précédente                                                Partie suivante


5 commentaires à propos de “6. Les ré-unions suggérées”

  1. Bonne Nouvelle année 2021 à toi Benoit et aux personnes qui te sont chères. Je commente tes propos relatifs aux réunions concrètes et régulière que tu proposes. Je vis de telles réunions chaque mois avec l’Association Notre-Dame, une association de personnes laïques désireuse de construire un monde meilleur en actualisant les béatitudes au coeur du monde. Les membres d’une même équipe se réunissent une fois par mois autour d’un thème annuel. En 2020-2021, ce thème est libellé comme suit: Se tenir debout ! Guylain Prince, la personne-ressource, dégage trois principes des deux récits de la création qui sont relatés dans le premier livre de la bible en Genèse 1 et 2. Le premier principe est la dignité de chaque être humain. Le deuxième principe, c’est que toute la création est destinée à toute l’humanité. Le troisième principe considère que l’humanité aujourd’hui, c’est l’humanité à travers le temps. Il ne s’agit pas seulement de penser à l’être humain aujourd’hui, mais aussi aux générations qui nous suivent. Je fais un lien entre ce troisième principe et l’environnement que nous devons veiller à préserver pour les générations futures. Pour ma part, comme je suis croyant, je trouve que ces trois principes alimentent mes réflexions au regard de ma responsabilité à l’endroit des questions environnementales. Au plaisir !

    • Bonne année 2021 à toi et tes proches aussi, mon ami!
      “Se tenir debout” pour la dignité de chaque humain; pour que chacun et chacune puisse bénéficier également des merveilles du monde ou de la création, comme tu dis; et faire cela en veillant à ne pas oublier ceux qui nous ont précédé comme celles qui viendront. Voilà un programme fabuleux, me semble-t-il, sur lequel il vaut largement la peine d’échanger concrètement et régulièrement, en effet!
      D’ailleurs, tous les ingrédients du MAPES Monde me semblent bien au rendez-vous dans votre Mouvement de rencontres : Amour, Paix et Environnement Sain pour tout le Monde.
      Au plaisir et à bientôt j’espère, François!

  2. Merci Benoît pour ce nouveau partage inspirant. Voici en retour un micro-dessin animé du Presencing Institute sur le thème “intégrer esprit et matière”: https://youtu.be/5S6DP2X75qs

    Le se “tenir droit” résonne tout particulièrement aussi avec une conversation tenue avec Noreen aujourd’hui sur les traumas individuels et collectifs et le “besoin d’intégration du traumatisme … cette bulle qu’on préfère garder à distance, mais que des fois il vaut mieux s’en rapprocher afin de l’intégrer.” Et l’image ici est celle de la rencontre verticale. Découverte à cette occasion de 2 personnes qui travaillent sur cette question : Gabor Maté et Thomas Hubl. Comme c’est réconfortant cette multiplicité de personnes qui travaillent dans la même direction !

  3. Salut Pascale!
    Le grand nombre qui travaille dans des directions semblables est effectivement réjouissant!
    Quant au micro-dessin animé, je l’ai écouté avec plaisir!
    Merci et à bientôt j’espère! xoox

    • Cher Benoît,
      Je lis seulement aujourd’hui ta réponse à mon message. Un petit complément aujourd’hui, pour te dire qu’entre-temps, et toujours grâce à Noreen, j’ai écouté une présentation d’Olivia Tapiero sur le thème “a withdrawal towards the horizon” (https://www.concordia.ca/cuevents/main/2021/01/26/olivia-tapiero-a-withdrawal-towards-the-horizon.html), qui prône au contraire la puissance de l’horizontalité (comme refus radical de fonctionner dans le cadre d’un systéme oppressif colonial et anthropocentriste mais aussi comme position favorable à la résurgence d’une autre temporalité, d’une fertilité à naître). Elle associe la position horizontale à l’image du corps allongé mais aussi à la pensée communautaire (Rhizome ?). Elle voit finalement l’intérêt de combiner les deux : la verticalité ET l’horizontalité en même temps pour “Rendre les choses opaques tout en faisant en sorte qu’elles soient accessibles”. Bien intéressants ces évocations et téléscopages … des échos distants à ton texte toujours si profondément réfléchi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*