8. Le Vaisseau dort – La gouvernance de l’humanité


Le Vaisseau dort

Dans le grand Vaisseau trop endormi,

Des milliers de vélos prennent la route chaque matin

Aux quatre coins du globe.

 

Ils vont au boulot ou se baladent sans compromis ;

Aux démunis, ils tendent la main ;

Ils prennent soin des animaux et des forêts qui les englobent.

 

Puis, à l’aube d’un jour, nouveau, ils reprennent leur Vélo,

Passablement plus souriants qu’avant, ils rencontrent des gens

Qui portent les couleurs de la ré-union des leurs, entre eux et avec tout le vivant ;

Bonheur et quelques pleurs, ils roulent, soulagés.

 

Au fil des événements, les reflets dorés de la Rencontre se multiplient

Sur les routes du Monde en dévoilant – oh ! Joie profonde –

Les bleus, les rouges et les jaunes ensoleillés des Vélos d’Or déambulant.

 

Au loin, comme une rumeur,

Il n’y aurait qu’un seul Vélo, aux dimensions hors de propos,

Et on dit même qu’il s’agirait plutôt… d’un Vaisseau !

 

Les rêves fondent dans l’or du temps, nouveau,

Chacun se réveille, de plus en plus souvent, longtemps et intensément,

Bien vivants, les esprits s’éclaircissent et le climat se rafraîchit doucement,

On voit aussi, au firmament, le filtre protecteur qui se refait, dans l’air du temps.

 

De là-haut, dans l’espace, on aurait dit que le magma au centre de la Terre

Resplendissait au cœur des humains, à la surface de la planète

Comme un joyau dans l’immense trésor des univers.

 

En approchant, tout doucement,

On aperçoit les rayons d’Or qui dansent sans fin dans le vivant

Portés – aussi – par les humains, souriants,

Ils jaillissent de toutes parts, comme avant ;

Le Vaisseau dort…

 

La gouvernance de l’humanité

Nous avons fait tout ce chemin, entre le manifeste et la poésie, afin de mettre en lumière deux phénomènes particuliers : notre actuelle dormance et notre possible gouvernance. La gouvernance, c’est une action qui influence la direction. Évidemment, lorsque la gouvernance prend la forme d’un gouvernement, elle influence beaucoup la destinée des gens représentés. Toutefois, les divers regroupements sociaux (entreprises, organismes d’aide, etc.) influencent aussi énormément le vécu des humains concernés et de l’environnement. La gouvernance peut même être informelle comme lorsqu’elle provient de l’influence des gens qui nous entourent ou de nos choix personnels.

Le Roi gouverne par lui-même (détail). Charles Le Brun, 1661.

Ce manifeste est un appel à la gouvernance des humains entre eux et avec tout le vivant. Cette gouvernance unifiée de l’humanité pourrait bien s’avérer nécessaire à augmenter la satisfaction de vivre des humains et à assurer leur survie — comme un gouvernail est nécessaire à diriger un navire ou un Vaisseau. Pas très difficile d’imaginer ce qu’il adviendrait d’un navire où des dizaines de gouvernails indépendants seraient à la portée de chacun… et pourtant, c’est un peu ainsi que nous naviguons comme humanité ! Il y a bien sûr l’ONU qui tente de faire un peu de ménage entre les divers équipages, mais les résultats sont minces.

Au gouvernail. Photo pxhere.

Ce n’est pas d’aujourd’hui que l’on parle de gouvernance de l’humanité sous une forme ou sous une autre. Les deux principales hypothèses qui sont régulièrement envisagées sont : un gouvernement mondial et une Organisation des Nations Unies plus représentative et avec plus de pouvoir. Ce sont là deux avenues intéressantes qui valent la peine qu’on y travaille, mais beaucoup d’observateurs s’entendent pour dire qu’il s’agit là de possibilités à long terme.

Comme nous l’avons vu précédemment, il semble bien que notre situation sur la Terre soit assez urgente : détérioration de l’environnement et précarité de la sécurité entre les humains. Pour cette raison et aussi parce qu’il est bien légitime d’aspirer à un monde meilleur — le plus tôt possible —, nous allons envisager ici une autre forme de gouvernance. Une façon plus informelle, mais tout aussi réelle de se gouverner comme humanité. Un Mouvement des humains pour se ré-unir ou s’unir de nouveau, à l’échelle de notre planète.

Mouvement 1. Wassily Kandinsky, 1935.

Il s’agit de nous « ré-unir », car nous sommes déjà potentiellement unis. Ce sont nos cellules de vie pratiquement refermées sur nos petits mondes à chacun, qui rendent possibles notre dissociation actuelle du reste du monde ou notre désunion. La ré-union de l’humanité entre elle et avec l’ensemble des êtres vivants est donc essentiellement une question d’ouverture concrète et régulière au monde. Ainsi, la gouvernance des humains n’a pas tant ici pour objectif de réguler le fonctionnement social ou écologique, mais plutôt d’unifier ou de ré-unifier les êtres humains et tout le vivant en engendrant des interactions régulières sur la base des points communs qui les rejoignent.

S’entendre sur la direction générale que nous désirons suivre comme humanité et le manifester régulièrement, constitue une puissante source potentielle de gouvernance. En l’occurrence, cela constitue l’existence d’un gouvernail unique qui puisse servir de point d’ancrage aux diverses autres influences directrices exercées à travers les sources de gouvernance déjà existantes. Il s’agit donc de reconnaître quelques valeurs de base sur lesquelles une grande majorité d’humains peuvent s’entendre et véhiculer ensuite celles-ci au quotidien ; cela constitue un Mouvement donnant de l’importance ou de l’ampleur à cette direction. Voilà comment nous pouvons influencer concrètement la direction fondamentale que nous désirons prendre comme humanité.

Ce Mouvement de rencontre des humains peut aussi être renforcé grandement en illustrant nos valeurs de base communes ou nos « couleurs » sur un drapeau, par exemple. Ainsi, notre ré-union voyage non seulement verbalement, mais aussi visuellement en augmentant d’autant son influence ou son pouvoir de… gouvernance.

La liberté guidant le peuple. Eugène Delacroix, 1830.

Quant aux valeurs communes qui servent d’ancrage à notre ré-union, elles doivent être le plus minimalistes possible tout en balisant adéquatement tant la relation des humains entre eux que notre relation à l’environnement ou à la nature. Il y a déjà de nombreux organismes qui exercent une gouvernance à partir de visions très détaillées de nos valeurs (charte des droits, constitutions, lois, etc.) et il est inutile d’en rajouter un autre. L’intention de ce manifeste est plutôt de favoriser la création d’un véhicule léger qui puisse générer le tissu de base de l’humanité unifiée au vivant, et ce… rondement !

Pour être rapide et malléable, notre Vélo d’Or ne doit pas s’encombrer non plus d’une hiérarchie lourde comme un gouvernement, par exemple. En fait, un Mouvement sans structure hiérarchique formelle est souhaitable et cela fait nécessairement beaucoup appel à l’autonomie et au leadership de chacun. Un tel Mouvement grossit donc de façon organique comme si les sillons de divers Vélos d’Or en venaient, graduellement, à former un réseau qui ressemblerait de plus en plus à… un Vaisseau d’Or.

Il est utile de rappeler ici que si nous voulons réellement nous ouvrir au Monde en quittant petit à petit nos rêves, nous devons conserver précieusement l’aspect magique du rêve. Il ne faut pas sous-estimer les bénéfices du sommeil qui nous attirent tellement, et ce malgré les effets forts déplaisants que nous sommes en mesure de constater assez aisément.

Depuis le début du nouveau millénaire, j’ai collaboré étroitement à mettre en œuvre un Mouvement semblable à celui dépeint dans les dernières sections du manifeste. Il s’agit d’un organisme qui peut assurer la gouvernance unifiée de l’humanité, afin de consolider et favoriser grandement le mieux-être des humains ainsi que la qualité de l’environnement. Toutefois, pour qu’un Mouvement grandisse par lui-même, il doit atteindre une certaine « masse critique » par laquelle la confiance s’installe et un effet d’entraînement engendre plus aisément les nouvelles initiatives. Pour le moment, ce Mouvement en est encore à un « temps de pionniers » où les initiatives doivent être élaborées à bout de bras et non « à souffle d’effet d’entraînement ». Ce manifeste est donc, plus particulièrement, un appel aux citoyens du Monde ayant un profil plus… pionnier !

 

Les pionniers. Frederick McCubbin, 1904.
À venir dans la prochaine publication :
         Le poème : MAPES MONDE
         Le texte illustré : Le MAPES Monde      

Partie précédente


2 commentaires à propos de “8. Le Vaisseau dort – La gouvernance de l’humanité”

  1. Bonjour Benoit. Je viens commenter un extrait de ton dernier message dans lequel tu écris que ton manifeste est un appel à la gouvernance des humains entre eux et avec tout le vivant. Cette gouvernance unifiée de l’humanité pourrait bien s’avérer nécessaire à augmenter la satisfaction de vivre des humains et à assurer leur survie.
    Je suis bien d’accord avec toi en principe, mais je doute de la possibilité de mettre en place une gouvernance unifiée de l’humanité. La présente pandémie aurait dû normalement contribuer à unifier les différents pays pour trouver des moyens pour la combattre efficacement. La plupart des gouvernements souhaitent collaborer, mais je constate une méfiance chez plusieurs représentants de ces gouvernements, notamment le président de notre pays voisin. Au plan écologique, les catastrophes ne sont pas assez pénalisantes pour réveiller la plupart des gouvernements. Ma foi chrétienne par ailleurs m’incite à garder la foi en un monde meilleur et l’espérance que des personnes humaines mettront peu à peu en place des moyens pour contrer les effets des changements climatiques. Des initiatives intéressantes existent déjà. Il me plait de les considérer pour garder vivante mon espérance. Passe une bonne saison estivale et au plaisir !

    • Salut mon ami,
      J’espère que Pierrette et toi passez un bel été, malgré toutes les contingences de la pandémie… J’ai bien hâte à une prochaine rencontre pour qu’on puisse échanger plus amplement…
      Quant à la gouvernance de l’humanité, je suis bien d’accord avec toi : l’unification des nations semblent bien peu probable à court terme. Toutefois, comme tu auras peut-être l’occasion de le constater plus précisément dans ma prochaine publication (MAPES Monde) qui débutera à l’automne, c’est l’unification des humains et non celle des nations que je crois plus possible. Pas tellement plus évidente, j’en conviens, mais largement plus possible, je crois.
      L’unification des humains de toutes part autour de valeurs de base commune pourrait peut-être faire suivre dans son sillon, éventuellement, graduellement, les actuels sous-ensembles aux intérêts multiples qui sont les leaders mondiaux : les pays, les multinationales et les grandes “familles” multimilliardaires…
      Je crois que c’est possible et comme toi, je crois que ça pourrait bien s’avérer nécessaire pour mieux vivre et même survivre. Alors, je continue d’arroser cette toute petite graine de possible, comme je prends soin de mes bébés séquoias, et ce même si les chances que ces majestueux arbres ne s’implantent éventuellement dans mon coin du monde sont peut-être assez minces… Ailleurs dans le monde, les séquoias géants vivent en zone 6 et, avec l’actuel réchauffement climatique certaines régions autour de nous (dont Montréal) sont maintenant zonées 6, alors… on ne sait jamais… Il y en a d’ailleurs un, tout petit mais bien vigoureux, qui poussent dans la cour arrière de mes parents depuis l’automne 2018! 🙂
      Au plaisir et à bientôt j’espère mon ami!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*