28. Gabriel dans l’œil des tempêtes et du MAPES Monde


C’est à travers l’écran diaphane de ces pensées aigres-douces, où la magnificence de la nature s’amalgame à nos écarts de conduite, qu’est apparu Gabriel, le pas lent et franc, sourire aux lèvres : « Monsieur… » dit-il, en inclinant un peu la tête en gage de salutation. Cher Gabriel ! Son geste théâtral témoigne de son amour du monde de la télévision et du cinéma où il a œuvré comme assistant à la réalisation. Il aime faire de la figuration pour des films et assister à des enregistrements d’émissions de télévision l’enchante ! Petit fossé entre nous, car je n’aime guère ces milieux-là et lui, les adore. Par contre, nous aimons tous deux plusieurs des sujets abordés dans ses émissions de prédilection.

Le voyage dans la lune. Georges Méliès, 1902. (Viméo 15:36)

En complément : Qui est Georges Méliès (8:38)

Je suis content d’avoir enfin plus de nouvelles, car Gabriel vit actuellement un virage professionnel. Il a suivi un cours de préposé aux bénéficiaires pour retrouver accès au milieu hospitalier où il a déjà travaillé. En fait, il a pratiquement toujours conservé dans ses activités une dimension d’aide qu’il apprécie beaucoup dans sa vie : lignes d’écoute, accompagnement des ainés, etc. Mais il redoutait ce retour dans un cadre de travail où les contraintes étouffent parfois les élans du cœur ! Je crois que, de toute façon, il aurait préféré se retirer complètement de ces activités de travail rémunérées, mais… il n’en avait pas les moyens. Comme c’est mon ami de longue date et que nous avons à peu près le même âge, cela ravive cette impression dérangeante qu’il devrait avoir tout autant droit que moi à une petite rente de retraite. Il pourrait aménager ses activités et son travail non rémunéré, plus en douceur comme cela m’apparaît légitime en vieillissant… Seules des circonstances aléatoires différencient nos situations actuelles. Ce sort absurde et injuste concerne tellement de monde…

Gabriel vient tout juste de commencer à travailler dans un milieu hospitalier. Comme c’est souvent le cas, les premiers temps sont difficiles. L’adaptation aux tâches, aux nouveaux collègues et aux horaires constitue une période exigeante, voire éprouvante ! Il me raconte un peu ses nouveaux aménagements de vie au travail, mais il passe rapidement aux grands sujets de l’heure : débordements climatiques, dérives politiques, agressions idéologiques et autres. C’est dans ce terrain des actualités et des réflexions reliées que nous nous retrouvons, si naturellement, à chaque rencontre. 😊 Parfois aussi dans l’autre vaste continent que constitue le monde intérieur : questionnements, cheminements, méditation, entraide, etc.

Nous discutons des dernières grosses tempêtes qui sévissent non loin de chez nous, alternant entre les considérations liées aux victimes (morts, blessés, déplacements, etc.) et celle qui pourrait expliquer la fréquence et l’intensité accrues des tempêtes et leur intensité : l’actuel réchauffement climatique causé par l’humain. Et là, nous nous emportons !…

Tempête avec épaves. Joseph Vernet, 1770.

« C’est bien beau l’argent, mais à quel prix ! me lance Gabriel, comment des gens supposément intelligents peuvent-ils agir de façon aussi inconséquente et défier les diagnostics presque unanimes de la science ? Comment se peut-il que nous soyons aussi lents à réagir ? Pourquoi tant de dirigeants disent comprendre la situation, alors que si peu d’entre eux prennent des mesures à la hauteur de celle-ci ? C’est hallucinant ! »

« Je sais, que je lui réponds, j’en suis pas mal renversé aussi et je n’ai sûrement pas d’excuses à nous fournir. C’est incroyable comment on peut voir petit quand il est question de notre qualité de vie et de notre survie, alors qu’on est tellement inventif lorsqu’il est question de créer de nouvelles technologies, de grands réseaux virtuels ou même des films et des séries en tous genres ! Ce n’est toujours bien pas la capacité d’inventer qui nous manque… »

En complément : « Comment osez-vous? » (1 :36) Extrait du discours de Greta Thunberg à l’ONU le 24 septembre 2019 (sous-titres français)

Gabriel enchaine : « Ouais, peut-être qu’on peut inventer toutes sortes d’histoires, mais plusieurs d’entre elles tournent autour de sujets tordus ou violents : des détectives qui cherchent des criminels, des politiciens véreux, des guerres entre pays ou ethnies, des paysages désolés occasionnés par de grands dérangements climatiques ou des conflits armés démesurés, etc. C’est pas mal loin du monde pacifié et écologique où l’on pourrait bien vivre, non ? »

J’acquiesce : « Oui, t’as pas tort bien sûr, mais… tu me connais, j’essaie de garder mon attention sur ce qui pourrait arriver de meilleur ! 😊»

« Ouais, la tête dans les nuages, tu veux dire ! » poursuit-il, avec la douce familiarité de nos asticotages.

Je laisse couler… Je me contente de bien savourer l’amitié sous-jacente, la connivence tant appréciée !…

La tête dans les nuages. Photo : Benoît Guérin, 2017.

De La fin des milliardaires à rebours jusqu’à un projet en dormance

Dans ce petit flottement de la discussion, Gabriel m’interpelle  : « D’ailleurs, où tu en es avec tes “grands” projets pour changer le monde : tes rencontres avec la réalisatrice de TV ? Pis ton autre projet de Mouvement pour unifier l’humanité sur lequel tu as tant travaillé, il y a une dizaine d’années ?… »

« Bon, bon, bon, on se calme, que je réponds rapidement, d’abord tu sais très bien que je ne veux pas “changer” le monde, car il change déjà à chaque instant et il n’a pas besoin de moi pour ça ! 😊 » Gabriel me fait une moue qui en dit long, alors je poursuis sans autre esquive : « Mes rencontres avec Béatrice, la réalisatrice télé comme tu dis, ont ralenti avec le débordement de son travail. Notre prochain rendez-vous, prévu en septembre, a même été reporté à la fin octobre. Toutefois, les rencontres avec elle demeurent une source d’inspiration et d’espoir ; je pense qu’elle tient une idée très prometteuse avec La fin des milliardaires ! J’ai aussi l’impression qu’il s’agit d’un gros projet qui prendra encore un bon bout de temps avant de démarrer. »

« Qu’est-ce que tu veux dire par là ? » me demande-t-il.

« Eh bien, il reste pas mal de fils à attacher avant que le projet ne puisse prendre place. D’autant plus que Béatrice doit tout préparer cela en plus de faire son travail régulier déjà très exigeant ! »

« OK… soupire alors Gabriel, mais qu’est-ce qui en est de ton autre projet alors ? Celui que tu as démarré, il y a plusieurs années, est-ce que c’est mort ? »

« Je dirais plutôt que c’est en dormance ou quelque chose comme ça, que je lui réponds. Évidemment, quand quelque chose est endormi, on ne peut pas vraiment dire si ça finira par se réveiller ou bien si ça disparaîtra simplement avec le temps… Mais, les fondements du projet m’habitent toujours autant. Tu sais, le projet de Béatrice joue à peu près sur les mêmes cordes sensibles : il ne parle pas tant de mettre fin aux milliardaires, ou même à l’envie d’accéder à la richesse, que d’établir une humanité solidaire et écologique. C’est d’ailleurs le sous-titre de son projet d’émission. »

Gabriel revient avec sa question initiale : « Et toi, c’était quoi déjà le projet que tu avais élaboré ? »

Aperçu d’un Mouvement

« En gros, lui dis-je, il s’agissait aussi de favoriser l’unification de l’humanité autour des valeurs de base communes que sont un environnement sain et une vie sociale paisible ou même agréable ! La grosse différence avec le projet de Béatrice, c’est qu’elle voudrait faire quelque chose de semblable à travers les médias de communication, alors que dans l’autre projet l’idée c’était de créer un genre de mouvement plutôt anonyme ou sans point d’ancrage principal. Un mouvement que chacun pourrait s’approprier à sa manière. »

Mouvement dans la nature. Richard Mortensen, 1937.

« Oui, oui… ça me revient, dit alors Gabriel, on s’était réuni toute une gang, un moment donné, dans un resto, dans l’esprit de cette réunion de monde autour de valeurs communes. Et tu avais même fait des chroniques à ce propos-là, dans une émission de radio communautaire, non ? »

« Eh oui, dis-je, tu as bonne mémoire ! ».

Gabriel enchaine  : « Il y avait un genre de guide de présentation et un drapeau qui illustrait les grandes lignes importantes et même un site internet, non ? » Je hoche affirmativement la tête et il poursuit : « Et tu as même écrit un manifeste poétique, plus tard, pour relancer le projet, me semble… et vous aviez même refait le site internet et le guide… et tu n’avais pas eu une entrevue avec une journaliste à ce moment-là aussi ? »

J’acquiesce brièvement. Il poursuit : « Me semble que ça portait un nom vraiment cool aussi, non ? ».

Le MAPES Monde

« Ça s’appelle le MAPES Monde, Gab. Et ce n’est pas un nom, c’est un sigle qui vient des mots suivants : Mouvement Amour Paix et Environnement Sain pour tout le Monde. Mais c’est vrai que l’image est cool, je trouve aussi, car une mappemonde – lorsqu’il y deux “p” et pas de “s ” entre mappe et monde – c’est cette représentation cartographique plane du globe et… c’est toujours bien la représentation de tous nous autres, ensemble : nature et humanité ! Et le sigle est apparu comme cela, tout bonnement, en représentation des idées principales d’un tel mouvement. Et c’est rien, lorsqu’on a fait traduire le sigle en anglais, ça a donné quelque chose d’assez cool aussi : the World HELP (Healthy Environment Love and Peace) Movement. C’est bien pour dire que ce n’est pas parce que ça sonne bien que ça lève nécessairement ! »

« Bon, bon, bon, un peu de défaitisme ou d’amertume, peut-être ? » me dit Gabriel.

J’encaisse. « Un peu de tristesse, je dirais. J’aimerais tellement aider notre humanité à faire quelques pas de géant pour s’installer dans un monde viable pour l’immense majorité des gens… » Là-dessus, nous restons un moment en silence, à regarder le paysage… Je m’imagine, très jeune, jouant à « Jean dit » avec des amis. Je suis sur le qui-vive et fin prêt à réagir aux injonctions lancées : « Jean dit, deux pas de souris. » Puis… enfin : « Jean dit, un pas de géant ! » 😊

Un goéland brise le silence en s’envolant tout près de nous et on suit son vol des yeux quelques instants. Gabriel revient à la charge : « Mais tu n’as qu’à relancer l’idée ou le mouvement, non ? Si ma mémoire est bonne, tu avais travaillé à une deuxième phase de ce projet au moment d’écrire le Manifeste poétique. »

Du goéland. Photo : Benoît Guérin, 2017.

Je lui résume l’historique en question : « Il y a un peu plus d’une dizaine d’années, j’ai d’abord travaillé à l’élaboration de ce projet de Mouvement lors d’une demi-année sabbatique avec traitement différé (un autre privilège de travail qui devrait être le plus généralisé possible !). Ce printemps-là, le projet est venu au monde accompagné d’un Manuel de fondation et d’une première version de site internet pour diffuser les informations, promouvoir les réunions et offrir quelques instruments pouvant être utiles comme un drapeau. C’est suite à cela qu’on s’était, entre autres, réunis dans un restaurant… » Je prends une petite pause pour me remémorer la suite…

Manifeste poétique, couverture journalistique et présentation simplifiée

Je poursuis mon petit topo historique : « Quatre ans plus tard, j’ai pris une autre année sabbatique à traitement différé et c’est là que j’ai écrit le Manifeste poétique pour essayer de relancer l’idée du MAPES Monde ou, en tout cas, pour au moins la présenter sous un autre angle. J’ai envoyé le manifeste complété à deux journalistes. À l’occasion du Jour de la Terre, en avril, une des deux journalistes m’a interviewé et elle a écrit un texte qui parlait du MAPES Monde et des démarches qui y étaient reliées. Lors de l’entrevue avec la journaliste, j’ai noté quelques bémols émis au sujet du manuel de fondation qu’elle avait, je crois, trouvé un peu plus lourd ou moins évident… Après réflexion et discussions avec d’autres personnes intéressées, j’ai travaillé à transformer le Manuel de fondation en un Guide de présentation plus succinct. La réécriture du document a entrainé une simplification de certaines idées et  leur représentation sur le drapeau. Finalement, le site internet a aussi été retravaillé, principalement par un ami et ancien collègue d’enseignement, afin d’offrir les documents modifiés dans un nouveau système de gestion de contenu «  open source » qui est gérable par des non-professionnels. »

« Pis, qu’est-ce que ça a donné ? » demande rapidement Gabriel.

« Le nouveau site internet a été achevé parallèlement à mon retour au travail cet automne-là. Le contexte scolaire beaucoup plus difficile que j’ai trouvé à mon retour à la polyvalente a toutefois amorcé une longue période de dormance pour ce projet, car j’ai alors mis toute mon énergie à bien faire mon métier d’enseignant… Puis, ce fut la retraite de l’enseignement à l’automne passé et… c’est à peu près là que ça en est ! »

« Ouf ! s’exclame Gabriel. Je me souviens aussi qu’un moment donné tu avais parlé de la possibilité d’ouvrir un MAPES Monde Café avec un autre de tes chums… Me semble que tout cela mériterait que tu essaies de faire un autre bout de chemin, maintenant que tu as retrouvé du temps libre, un peu comme dans tes sabbatiques d’avant, non ? »

« Je ne sais pas, peut-être… Encore faudrait-il que surgisse une nouvelle piste, tu me connais, je dois avoir l’impression que quelque chose est possible pour m’engager dans une démarche. Contrairement à une activité de bénévolat ou d’entraide, les résultats ne sont pas aussi immédiats ou évidents et je ne veux surtout pas m’amuser à pelleter des nuages ! Par contre, il me semble tellement qu’on aurait besoin de grandes mouvances rassembleuses qui soient écologiques et solidaires… »

« Bien d’accord, mon ami ! » enchaine Gabriel. Nous restons un long moment sans mots à observer la fontaine jaillir doucement… et la végétation, tout autour, qui bouge lentement au gré du vent, léger… …

Le soleil perce parfois timidement le couvert nuageux qui s’étiole, sensiblement… Il fait bon respirer, à fond, l’air toujours aussi chargé des riches émanations de la nature.

De pareils moments n’ont rien à envier aux plus merveilleux des panoramas évoqués dans les contes fantaisistes.

Apparue dans le buisson de ce moment de contemplation, une légère et douce impression de satisfaction s’élève en moi… un amalgame d’appréciation de la connivence avec Gabriel et de contentement face à l’ensemble du tableau évoqué. 😊

Alice au pays des merveilles. Illustration Dawn Hudson.

Chapitre précédent                                           Chapitre suivant 


2 commentaires à propos de “28. Gabriel dans l’œil des tempêtes et du MAPES Monde”

  1. Bonjour Benoit. Ton idée de MAPES monde est intéressante, mais pas facilement réalisable. Conserve ton idéal d’une humanité solidaire et écologique et pose les gestes qui te semblent possibles. Pour ma part, je rêve de rejoindre des jeunes dans leur quête de sens. Le Centre Le Rocher a ouvert un café communautaire à proximité du Cégep de Saint-Jérôme. Des jeunes s’y impliquent en organisant des activités artistiques. Pour notre part, les ainés, nous les supportons avec le titre d’Anges gardiens. Le lancement formel des activités aura lieu le mardi 15 octobre, après l’Action de grâces.
    En tant qu’Ange gardien, j’ai offert d’animer un café philosophique un lundi soir sur deux avec comme toile de fond les neuf voies d’accès au spirituel de Jacques Grand’Maison. C’est à suivre.
    Au plaisir !

Répondre à Benoît Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*